écrin2moncoeur

écrin2moncoeur

Deux façons de voir... (Xavier Lavie)



Deux façons de voir...

 

Nombres 13/17 à 20: " Moïse les envoya pour explorer le pays de Canaan. Il leur dit: Montez ici, par le midi; et vous monterez sur la montagne.
Vous verrez le pays, ce qu'il est, et le peuple qui l'habite, s'il est fort ou faible, s'il est en petit ou en grand nombre; ce qu'est le pays où il habite, s'il est bon ou mauvais; ce que sont les villes où il habite, si elles sont ouvertes ou fortifiées; ce qu'est le terrain, s'il est gras ou maigre, s'il y a des arbres ou s'il n'y en a point. Ayez bon courage, et prenez des fruits du pays. C'était le temps des premiers raisins."


Nombres 13/27 & 28:
" Voici ce qu'ils racontèrent à Moïse: Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés. A la vérité, c'est un pays où coulent le lait et le miel, et en voici les fruits.
Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes; nous y avons vu des enfants d'Anak."


Nombres 13/31 à 33: " Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. Et ils décrièrent devant les enfants d'Israël le pays qu'ils avaient exploré. Ils dirent: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer est un pays qui dévore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d'une haute taille; et nous y avons vu les géants, enfants d'Anak, de la race des géants; nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles."

Nombres 14/6 à 9: " Et, parmi ceux qui avaient exploré le pays, Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, déchirèrent leurs vêtements, et parlèrent ainsi à toute l'assemblée des enfants d'Israël: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays très bon, excellent.
Si l'Eternel nous est favorable, il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera: c'est un pays où coulent le lait et le miel.
Seulement, ne soyez point rebelles contre l'Eternel, et ne craignez point les gens de ce pays, car ils nous serviront de pâture, ils n'ont plus d'ombrage pour les couvrir, l'Eternel est avec nous, ne les craignez point!"


Ces passages du livre des nombres sont révélateurs de la nature profonde de l'homme.
En effet, douze hommes, considérés comme des chefs et établis sur les tribus d'Israël, sont envoyés par Moïse pour dresser un état des lieux du pays de Canaan avant de s'y installer.

Le temps est venu pour Israël d'entrer dans la bénédiction que Dieu lui a réservé.
Les quarante longues années passées dans le désert s'achèvent et le peuple est à quelques kilomètres du pays de la promesse.

Quarante jours seront nécessaires à ces douze hommes pour se forger une conviction en ce qui concerne ce pays. Mais nous apprenons que dix d'entre eux avait un avis et que deux autres pensaient différemment.

Chacun d'eux avait les mêmes éléments, avait vécu les mêmes expériences, avait contemplé les mêmes délivrances et pourtant ils réagirent différemment à la découverte du pays promis. Tous avaient vu les plus incroyables manifestations de la puissance de Dieu lors de la sortie d'Egypte: les dix plaies, l'ouverture de la Mer Rouge et la provision miraculeuse de plus de 1600 tonnes de nourriture apparaissant chaque matin au beau milieu du désert!
Dieu qui s'était adressé à eux avait garanti qu'il les conduirait lui-même dans le pays et qu'il battrait tous leurs ennemis.

Ces douze hommes avaient vu que ce pays de Canaan était un pays où coule le lait et le miel, où il y avait une grande abondance mais aussi qu'il était habité par un peuple puissant vivant dans des villes fortifiées.

Ce qui était la cause du découragement de dix d'entre eux ne semblaient pas affectés, au contraire les deux autres, c'est-à-dire: Josué et Caleb.

 

Comment pouvons nous expliquer cela?


La réponse est simple...
A l'opposé de Josué et Caleb, ces hommes au lieu de croire ce que Dieu avait dit et de prendre confiance dans ce que Dieu avait déjà accompli, étaient à l'écoute de leur propre analyse, de leur propre pensée et ne trouvaient en eux-mêmes aucune force, aucune assurance pour affronter un tel défi, pour entreprendre une telle conquête.

Dieu aurait pu entreprendre une délocalisation de la population de Canaan avant que les hébreux arrivent. Une famine, une sécheresse aurait suffit, mais le Seigneur permet parfois que certains obstacles apparents se dressent devant nous comme un défi qu'il nous faut relevé.
La foi restera aux yeux de Dieu une nécessité dans toutes nos entreprises. Elle permet de renouveler notre confiance en Dieu et la réalité de notre abandon entre ses mains.

Dans proverbes 23/7, il est écrit que l'homme "est tel que sont les pensées de son âmes".
Nos refus, nos mécontentements sont des inconséquences qui caractérisent un manque cruel de foi dans la personne de notre Dieu et sauveur.
Le peuple fut très sensible au discours défaitiste de ces dix hommes au point d'élever la voix, de pousser des cris et de pleurer toute la nuit. (Nombres 14/1)

Les murmures se répandirent au milieu du peuple qui s'opposèrent à Moïse et Aaron en formulant le regret de ne pas être resté en Egypte et en proposant de se nommer un autre chef pour retourner d'où ils étaient partis.

 

L'incrédulité se transforme bien souvent en rébellion.
C'est ainsi que Dieu voit tous ceux qui manquent de foi.


Il est important de retenir la comparaison que les dix espions avaient fait en disant: "nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles".
Même si cette comparaison semblait réaliste elle était aussi le résultat d'un constat sur leur propre personne.

Comment est-ce que nous nous voyons?

Il n'y a que deux façons de se voir!
Une sauterelle où un géant...
Par un manque d'objectivité et de combativité nous nous rendons coupables devant Dieu d'une attitude défaitiste. Si l'on part perdant, il est évident que l'on revient battu.
Se regarder comme des sauterelles en face de géants ne peut qu'engendrer une sinistrose qui devient bien vite incontrôlable.

 

Seule la foi permet de renverser la vapeur!

 

La foi ne doit pas nous conduire à nous comparer aux circonstances qui sont devant nous.
La foi, c'est mettre la personne de Dieu en avant en réalisant que le Seigneur est bien plus grand que n'importe lequel de nos ennemis, bien plus fort que toutes les oppressions qui s'opposent à nos vies et bien plus puissant que tous ceux qui combattent contre nous.

Trop de croyant adoptent un comportement résigné en se comparant à des sauterelles devant des géants.
Cependant le peuple de Dieu doit réaliser qu'il est condamné à combattre et à vaincre!
Dieu n'acceptera pas le retour en Egypte.
La Mer Rouge n'est pas restée ouverte.
Rebrousser chemin c'est seulement retourner au désert!
C'est ce qui arriva au peuple juif. Quarante années dans le désert pour changer l'incrédulité en une foi conquérante.
Au désert il n'y pas de combat extérieur mais des combats intérieurs.
Le désert en le seul moyen à la disposition de Dieu pour nous aider à réaliser que les véritables géants ne se trouvent pas autour de nous mais en nous.

Si nous voulons entrer dans les promesse de Dieu pour nous, il nous faut affronter chacun nos géants personnels et les vaincre.
Vaincre nos passions, nos frivolités, notre caractère, notre légèreté, nos défauts et nos vices, nos rivalités et nos préjugés.
Un géant dans notre cœur profère des menaces, lance des défis, nous méprise, nous fait trembler, entraîne la confusion et la honte, il dicte sa loi et nous assujettit.

S'examiner soi-même, c'est explorer sa propre vie pour envisager la présence de géants, de villes fortifiées...

Rappelez-vous qu'il n'y a que deux façons de voir: sauterelle où géant.

La foi de Josué et Caleb n'a pas suffit pour parvenir à entraîner la multitude avec eux.
Il fallait que chaque hébreu se regarde comme un géant en face de sauterelles.

Pour transformer une sauterelle en géant et réduire un géant en sauterelle il faut plusieurs choses:

  • Tout miser sur la personne de Dieu, dont la présence ou l'absence font toute la différence. Seule la foi qui garantit cette présence.
  • Ne pas se reposer sur nos capacités personnelles, notre savoir-faire, ou notre expérience mais plutôt sur l'intervention surnaturelle de Dieu.
  • Il faut accepter d'explorer sa propre vie et de combattre ses propres géants intérieurs.
  • Il faut être motivé et ne pas se laisser décourager par la vision défaitiste des autres.
  • Il faut développer une vision spirituelle par une communion constante avec le Saint-Esprit.
  • Il faut tout faire pour encourager ceux qui nous sont associés.
  • Accepter de relever tous les défis que Dieu place devant nous.
  • Il faut entretenir un esprit de conquête et de vainqueur.

2 Corinthiens 2/14: "Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu l'odeur de sa connaissance!"

Pour aller plus loin, retrouvez les messages du pasteur LAVIE Xavier sur son blog: xavierlavie.blogspot.com/

 

 

Xavier Lavie

(Source : TopChrétien)






17/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser