écrin2moncoeur

écrin2moncoeur

Mon année 2001 /5


C'EST A DIEU, C'EST A VOUS                          01.04.2001


C'est vers vous

Que se tournent mon cœur

A toute heure

Et mes pensées

Au fil des journées, des années

 

C'est pour vous

Que mon cœur bat

Au rythme de mes prières

Que vers l'avant ma vie va

Soutenue par votre amitié qui m'éclaire

 

C'est en votre amitié si précieuse

Que je puise mes forces

Pour  faire face à mes angoisses, mes peurs

Ainsi, chemin faisant, je me reforme une écorce

Pour tenir face à mes douleurs

 

C'est avec vous

Que je mène ma vie

Dans les pleurs et dans les cris

Dans les bonheurs et les joies

A chacun de nos pas

 

C'est qu'avec vous

Que je peux tout partager

Le temps des souffrances comme des joies de nos moments

De tous nos instants

Dans notre cœur et nos pensées

 

C'est en pensant à vous

Que je parviens à avancer

Et à surmonter sur ma route

Parsemée d'angoisses et de doutes

Les obstacles de la destinée

 

C'est à Dieu et à vous

Qu'appartiennent mon cœur, mes pensées

Que mes prières se tournent

Au fur et à mesure de mon avancée

Dans notre monde

Qu'on ne peut pas contrôler

Que ma vie se déroule

Au rythme du temps qui ne cesse de s'écouler.

 



JE SUIS                          01.04.2001

 

En cet instant

Où le silence

Demeure et fait sa danse

Au gré des quatre vents.

 

Je suis ancrée

Dans de terribles angoisses

Qui me brisent, me cassent

Et m'éloignent de toute paix.

 

Je suis plongée

Dans une immense solitude

Qui m'entraîne à l'altitude

D'une intense insécurité.

 

Je suis submergée

Par de nombreuses questions

Qui provoquent en moi bien des tensions

Qui font que je me sens totalement déstabilisée.

 

Je suis écrasée

Par une multitude de pensées

Qui me donnent comme seule volonté

Celle de disparaître, de m'effacer.

 

Je me sens mal, je suis oppressée

Par de multiples souvenirs

Si douloureux, qu'ils me donnent comme unique désir

Celui de tout quitter, de mourir.

 

Je suis là, à me demander

Au centre de l'inutilité

Qui marque ma personnalité

Qui construit mon identité

Quelle est la raison

De mon sentiment d'abandon

Et de ne valoir rien de bon

Qui  sont si profonds.


Quelle est la provenance

De mon impression d'inexistence

Et de toute cette souffrance

En moi si immenses, si intenses ?

 

Quelle est donc mon appartenance

A ce monde, où en permanence

Je suis à la recherche de ma place

Dans cet univers qui me paralyse, me glace ?


 

 

AU CŒUR DU BROUILLARD                          01.04.2001


Au milieu de l'obscurité

Où l'on m'a projetée

Où l'on m'a emprisonnée

Je me sens abandonnée.

 

Au cœur de la nuit

Où je me trouve sans cesse au fil de ma vie

Je n'entends que l'alarme des cris

De tout ce qui m'anéantit.

 

Au centre de cet univers

Où je me trouve sans cesse à terre

Je me sens écrasée loin de toute lumière

Je me sens comme moins qu'un grain de poussière.

 

Au creux de ce monde

Où je me trouve à chaque seconde

Je suis terrassée par tant de pressions

Je ne vois que du noir, du brouillard à l'horizon.

 

 


A LA RECHERCHER DU RECONFORT                          01.04.2001

 

Je suis à la recherche du mot

Je t'aime

Mais je ne ressens que des maux

La douleur de la haine.

 

Je suis à la recherche des paroles

Tu comptes à nos yeux

Mais je ne vois que mon cœur qui s'affole

Par la violence de la solitude de mes cieux.

 

Je suis à la recherche d'une musique

Qui me berce avec tendresse

Mais je ne vis qu'à travers l'unique

Souffrance qui me blesse.

 

Je suis à la recherche d'une île

Qui me dise "Tu es en sécurité"

Mais je demeure là, fragile

Dans la peur je suis emprisonnée.

 

Je suis à la recherche d'un amour fort

Et d'un peu de réconfort

Qui me rendent la force et la liberté

Des mots vivre et aimer.

 


 

LA PETITE AIGUILLE SUR LA GRANDE                          01.04.2001

 

La petite aiguille sur la grande

L'heure tourne sans attendre

Sans me laisser

Un temps pour me reposer

Un moment pour souffler

Et trouver en moi un peu de paix.

 

La petite aiguille sur la grande

Les années avancent sans attendre

Que je comprenne

Le pourquoi de ma peine

Les raisons des blessures

Qui m'entraînent dans une vie à l'usure.

 

La petite aiguille sur la grande

Mon histoire s'écrit sans attendre

Que je parvienne à affronter

Ma mémoire sans cesse bousculée.

 

La petite aiguille sur la grande

Ma vie se dessine sans attendre

Que je réussisse à assumer

La souffrance qui en moi s'est ancrée.

 

La petite aiguille sur la grande

On me fait avancer sans attendre

Que ma douleur, mes peurs, mes angoisses

Diminuent, et peu à peu passent, et s'effacent.

 

La petite aiguille sur la grande

On me pousse vers l'avant sans attendre

Que je retrouve face à la nuit, un peu de lumière

Que je me relève de mon état de poussière.

 


 

CALENDRIER                          01.04.2001

 

Sur mon horloge, mon calendrier

Des secondes, puis une minute sont passées

Des heures, puis une demi-journée se sont écoulées

Des jours, puis une semaine se sont déroulés

Des mois, puis plusieurs années se sont dessinés

Sous l'empreinte de mes pieds ;

Et se sont inscrits

Dans le livret de ma vie

Avec ses lots de pleurs, de cris

De désirs, de projets, d'envies

De rencontres, d'amis ou d'ennemis

Avec la clarté de ses jours, l'obscurité de ses nuits

Avec ses jours de soleil, ses temps noirs et gris

Avec ses paquets de joies, de peines

D'amour, de haine

De plaies qui cicatrisent le long de mes veines

De blessures qui ne guérissent pas, qui saignent.

 

Tous ces moments se sont gravés

Dans mon cœur blessé

Dans mon âme déboussolée

Dans chacune de mes pensées

Sans jamais, s'effacer

Sans jamais, se faire oublier

Sans jamais se taire

Bien au contraire

En se faisant rappeler

Par les sacrifices

Par les cicatrices

Donnés, volés et imposés.

 


 

DESTRUCTION                          01.04.2001

 

Je me sens tellement mal

Je me sens tellement sale

Je me sens totalement salie

Au plus profond de ma vie

Rien en moi

Plus rien ne va

Mon bol d'air se casse

Par chacune de mes angoisses

J'ai perdu mon chemin sur terre

Je ne trouve plus de signe de lumière

Je me sens étouffée

Par la moindre de mes pensées

Je suis en pleine destruction

Face à mes émotions

En moi, mes imperfections

Font leur révolution

Sur les quais de ma gare

J'ai perdu mes espoirs

J'ai perdu mes repères

Y-a-t-il encore quelque chose à faire

Pour qu'à la surface, je remonte

Pour que mes sentiments plus jamais ne me démontent

Y-a-t-il seulement encore quelque chose à faire

Pour qu'à nouveau, j'espère

Pour qu'à nouveau, je croie

Qu'il y a un avenir pour moi.

 

Je me sens tellement brisée

Au plus profond de ma personnalité

Dans mon cœur, il n'y a plus de saisons

Que celles du désespoir, de l'abandon

Je ne trouve plus de raison

De laisser vivre mon nom

De lutter contre mes envies de mourir

En attendant qu'on me délivre.

 

J'ai besoin qu'on me tende les mains

Pour continuer d'aller vers demain

Car ma douleur me tue

Je n'en peux plus

D'être face à ma souffrance

En permanence.

 

 

 

DONNE-MOI UNE RAISON                          01.04.2001

 

Donne-moi une raison

Face à l'abandon

Face à la grisaille de mes saisons

Face à la douleur de ma dépression

De ne pas prendre le départ

Et la direction des quais de la gare

Afin d'achever

Ce que ma vie est

Ce que j'ai été, ou pas

Afin que cessent les voix

Et les cris de mon cœur

Au long, au fil des heures.

 

Donne-moi une raison encore

De tenir plus fort

Pour ne pas me faire dominer

Par la souffrance qui est semée

Dans mon cœur, mes pensées

Dans la totalité de ma personnalité.

 

Donne-moi une raison de plus

Car ça ne va vraiment plus

Pour qu'avant demain

Je ne me jette pas sous un train

Pour que je croie en un autre refrain

Celui d'un avenir de paix, un lendemain.

 

 


COMBIEN DE TEMPS                          01.04.2001

 

Combien de temps

Pourrai-je encore tenir

Combien de temps

Mes forces vont-elles encore suffire

Combien de temps

Vais-je encore investir

Combien de temps

Pour continuer à vivre

Combien de temps

Tout continuera-t-il encore à m'anéantir

Combien de temps

Maintenant que mon bateau chavire ?

 

 


INSUFFISANCE DE FORCE                          01.04.2001

 

Je n'ai plus de repères

Je ne vois plus de lumière

Pour que je vive, que j'espère

En une vie pour moi sur terre.


Il y a trop de maux

Trop de silence, pas assez de mots

Pour qu'en moi s'effacent

Toutes traces d'angoisses

De douleurs, de souffrances

Dans ce que je ressens, je pense.

 

En moi raisonne trop fort

Le besoin d'être enlevée par la mort

Je suis en manque de réconfort

Je ne trouve plus en moi l'effort

Et le vouloir de me battre encore

De retenir l'envie de vivre qui s'efface, s'endors.

 

J'ai besoin qu'on me dise pourquoi

Je dois continuer les combats

Pour rester là

Et mener ma vie où rien ne va.




SANS TA PRESENCE                          04.04.2001


Sans tes mains

Pour me protéger et m'emmener vers demain

Sans ta voix

Pour me montrer la voie.

 

Je ne sais plus qui je suis

Et d'où je viens

Pourquoi je vis

Et à qui j'appartiens.

 

Comment survivre

Et parvenir à me dire

Qu'il me faut

Reprendre ma vie à zéro.

 

Car au milieu des absences, des silences

Qui reflètent mes défauts

Qui intensifient mes maux en permanence

Qui sont comme des coups de couteaux

Sans ta présence

A mes côtés

Mon existence

N'a aucune raison de continuer.

 

Sans tes mains

Sans ta voix

J'ai le sentiment que demain

N'existera pas.

 



C'EST JUSTE                          04.04.2001


Ce ne sont pas des larmes

Ce n'est pas un incendie

Ce n'est pas une alarme

C'est juste un peu d'eau, un petit feu, un simple cri

Provenant de mon âme

Du fond de mon être, de ma vie.

 

Ce ne sont pas des cicatrices, des blessures

Ce n'est pas une femme noyée

Ce n'est pas une chute dure

C'est juste des traces, un manque de liberté

Qui proviennent de ma recherche d'un monde sûr

De mon combat pour vivre bien équilibrée.

 

 

 

PERTE DE MA VIE                          05.04.2001

 

Tu m'as pris

Tu m'as volé le contrôle

De l'ensemble de ma vie

En plein début de son envol

De jour et de nuit.


Tu m'as brisé

En mille morceaux

Tu m'as écrasé

Par bien des mots

Au fond de l'obscurité.

 

Tu m'as ancré

Au fond d'un puits sans lumière

Tu m'as abandonné

Dans une vie sans repères

Par toi, anéantie, je ne me sens plus exister.


 

 

QUESTION DE VIE ET DE MORT                          06.04.2001

 

Lorsque l'amour, les couleurs

Sont remplacés au fil des heures

Par la haine, le noir de la terreur

Par les angoisses, les doutes, la peur

Que doit-on faire, comment réagir

Pour continuer tout de même à vivre ?

 

Lorsque la souffrance, la peine

Coulent dans nos veines

Nous plongent dans d'intenses

Douleurs, et une immense

Solitude bien lourds à porter

Que faire pour surmonter ses difficultés ?

 

Lorsque notre avenir

Ne rime pour nous qu'avec le mot mourir

Lorsque nos yeux ne voient plus

Que tout nous semble perdu

Comment faire face à la vérité

Que notre vie est condamnée à ne plus exister ?

 

 

 

DESERT SURPEUPLE                          06.04.2001


J'ai mon âme qui se perd

Dans un immense désert

Surpeuplé par mes émotions et mes pensées

Qui me paralysent dans l'obscurité.

 

Comment retrouver le désir

De continuer de vivre ?

 

 

On m'a jeté à terre

On me bouscule dans la poussière

Je ne sais plus du tout

Où j'en suis dans ce monde flou.

 

Comment retrouver pour l'avenir

La force de combattre contre mon besoin de mourir ?

 

 

On m'a éloigné de toute lumière

Alors que dois-je faire

Pour retrouver en permanence

La joie, la tendresse, la présence

Qui me feront ressentir

A nouveau l'envie de vivre.


 

 

ECOUTE                          06.04.2001

 

Ecoute, mon âme qui crie

Ecoute, mon cœur qui pleure

Ecoute, l'univers de ma vie

Qui au fil des heures

Est de plus en plus anéanti.

 

Ecoute, mes pensées qui me brisent et me glacent

Ecoute, mes émotions qui sont en ébullition

Ecoute, le monde de mon avenir qui se casse

Qui au fil de mes multiples questions

M'enfoncent dans la profondeur des noires angoisses.

 

Ecoute, écoute mes maux

Ecoute chacun de mes pas

Ecoute, le grand KO

De mon univers qui s'enfonce au plus bas.

 


 

AVEC TOI                          08.04.2001

 

Arrête dès aujourd'hui

Ma vie dans ce monde d'ici

Suspends-la

Et à côté de toi

Pour toujours, gardes-moi.

 

Prends-moi dès maintenant

Dans tes bras, ma seule sécurité

Pas pour qu'un seul moment

Mais pour l'éternité

Avec toi je veux demeurer fidèlement.

 

Dès maintenant et pour toujours

Ramène-moi en ta présence

Et remplis moi de ta paix, de ton amour

Tiens-moi par ta main en permanence

Car il n'y a qu'avec toi que je peux vivre chaque jour.

 

En cet instant et pour l'éternité

J'ai besoin de ton écoute et de ta compréhension

De ta présence à mes côtés

De ta force face à ma dépression

De ton soutien face à ma souffrance illimitée.

 

 

 

PREOCCUPATION                          08.04.2001


Ce qui me préoccupe en cet instant

C'est d'être encore là dans cet univers

Où je me sens tout le temps

De trop, et où je me perds

Mon désir est de n'être qu'avec toi dès maintenant.

 

Ce qui me préoccupe

Ce qui me fait mal et me glace

Ce qui me brise et me coupe

Ce sont ces permanentes angoisses

Toutes mes peurs et mes doutes.


 

 

TOUT                          08.04.2001

 

Tout ce qui me reste encore

C'est ce que j'ai de plus précieux

C'est ton inconditionnel amour

Que tu me donnes depuis tes cieux

Que tu m'adresses

Tout simplement

Avec tant de tendresse

Que tu donnes sans limite de temps.

 

Tout ce qui me reste encore

C'est ce à quoi je tiens le plus fort

C'est ta présence, ton soutien

Et le fait que par ta main

Je puisse avancer vers demain

Car dans tes bras, je ne risque rien

Car tu me gardes sans fin

Avec toi, je suis bien.

 

Dans ce monde, je ne suis rien

Et je n'ai plus aucun bien

A part celui de t'appartenir

Mon bien le plus précieux pour l'avenir.

 

 

 

DITES-MOI                          08.04.2001

 

Dites-moi les mots et les silences

Qu'il me faut prononcer

Pour que je puisse me relever

Et pour qu'en moi n'augmentent plus en permanence

Le flot des doutes, des pleurs

Des peurs, des maux, des angoisses

Qui fait que tout mon être se brise, se casse

Et noie de larmes mon cœur.

 

 

 

CE QUI COMPTE OU PAS                          08.04.2001

 

Pas besoin de compter

Le temps qui s'est écoulé

Dans la souffrance, la haine

Dans la peur, la peine

Dans la paix, l'amour

Dans la sécurité, la présence d'une tour

Car le plus important

C'est qu'à chaque instant

On marche ensemble, main dans la main

Le regard tourné vers demain

En plaçant ma confiance

Quoi qu'il arrive, en permanence

En toi mon ami

Toi mon unique bien aimé, Jésus-Christ.

 




24/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Journal Intime pourraient vous intéresser